La proposition de la conférence/atelier « Clito - enquête et reconquête (micromonument pour le clitoris) » de l’artiste Catherine Radosa, qui montre sa vidéo « Motherland » dans l’exposition OSMOSCOSMOS, a pour point de départ un constat : le clitoris, bien qu’une moitié de la population humaine en soit dotée, est invisible, ou presque. Car il est l’objet d’un effacement, d’un déni de représentation, d’une invisibilisation méthodique. Là où le pénis et les formes phalliques s’imposent, s’assument, son autre féminin reste fantomatique, fait l’objet de méconnaissance, de diabolisation dans l’histoire, et encore largement aujourd’hui. Comment s’en étonner alors que les manuels scolaires l’ont fait totalement disparaître ? Que sa réapparition y soit récente et encore timide, en France en tout cas. Que même l’apprentissage de l’anatomie médicale lui accorde difficilement sa place.
Alors à quoi ressemble-t-il ? Où est-il ? Que fait-il ?
Catherine Radosa se propose de réactiver sa puissance symbolique et sensitive. Après le récit d’une enquête à la recherche du clitoris perdu (dans les manuels scolaires, les esprits, jusqu’à l’espace public), mais aussi ses apparitions, l’artiste expose quelques-unes de ses recherches et productions sur la représentation du clitoris et propose un mode d’emploi, une série d’actions, d’objets, de gestes à partager (pour tous les âges), afin de créer collectivement un micromonument pour le clitoris.

OSMOSCOSMOS50JPG19.6–25.8.2019